Quelques règles typographiques

Cela fait un moment que je m’étonne devant les innombrables erreurs typographiques dans des textes ou des articles journalistiques au sujet de la ponctuation, de l’accentuation des majuscules, des capitales, ainsi que des erreurs sur les abréviations. Je me suis donc décidé à écrire un article.

La ponctuation

Il y a des normes qu’il faut respecter et qui sont simples.

Je précise qu’en typographie, le mot « espace » est féminin. De plus, une espace insécable veut dire que l’on ne peut pas revenir à la ligne entre une lettre et le signe de ponctuation.

le point . pas d’espace avant une espace après C’est une courte phrase.
la virgule , pas d’espace avant une espace après Aujourd’hui, pas d’espace après
la parenthèse ouvrante ( une espace avant pas d’espace après J’aime les fruits (plutôt les fruits mûrs).
la parenthèse fermante ) pas d’espace avant une espace après J’aime les fruits (plutôt les fruits mûrs).
le crochet ouvrant [ une espace avant pas d’espace après [entre crochets]
le crochet fermant ] pas d’espace avant une espace après [entre crochets]
le point d’interrogation ? une espace insécable avant une espace après Que fais-tu ? J’écris une phrase.
le point d’exclamation ! une espace insécable avant une espace après C’est trop cool ! N’est-ce pas ?
les deux-points : une espace insécable avant une espace après J’aime : les fraises, les bananes…
les guillemets français ouverts « une espace avant une espace insécable après Il dit : « Bonjour, chez ami ! »
les guillemets français fermés » une espace insécable avant une espace après Il dit : « Bonjour, chez ami ! »
Remarque : c’est différent pour les guillemets anglais : « ceux-ci » Il ne faut pas d’espace à l’intérieur des guillemets en anglais. Comme nous sommes français, il ne faut donc pas les utiliser. C’est souvent à cause de cela qu’il y a des erreurs typographiques en français. Dans la plupart des logiciels typographiques, la correction est automatique.
le point-virgule une espace insécable avant une espace après le début ; et la suite
les points de suspension pas d’espace avant une espace après la suite au prochain épisode…

ASTUCE : Maintenant, vous vous dites sûrement que ce n’est pas simple d’apprendre tout ça. Et bien si, il existe en français un moyen mnémotechnique d’une efficacité redoutable. Si vous pouvez réaliser le signe de ponctuation avec 1 coup de stylo comme pour le point, la virgule, les parenthèses, les crochets et bien il faut 1 seule espace. Si vous réalisez le signe de ponctuation avec 2 coups de stylo comme pour le point d’interrogation, le point d’interrogation, les deux-points, les guillemets et bien dans ce cas, il faut 2 espaces (forcément une avant et une après). Vous voyez comme c’est simple ! Il y a qu’une seule exception, c’est le point de suspension qui est constitué de 3 coups de stylos, il n’a qu’une seule espace comme pour le point simple.

Accentuation des majuscules et capitales

Si certains se demandent quelle est la différence entre les deux, c’est simple : une majuscule débute une phrase ou un mot. La capitale est l’écriture « en lettres bâtons » d’un mot. On rencontre très souvent les capitales dans des titres.

En français, il s’agit d’une faute d’orthographe que d’oublier d’accentuer les majuscules et les capitales. La raison principale est que sur les ordinateurs avec Windows, il n’est pas simple de les écrire, contrairement à ce qu’il est possible de faire sous Linux. Voici une table pour vous aider.

Lettre accentuée Sous Windows Sous Linux
Alt + (ne pas taper le + mais laisser appuyer la touche Alt et composer la suite de chiffres) MAJ VERR (appelée aussi CAPS LOCK sur certains clavier). Il s’agit de la majuscule verrouillée.
À Alt + 0192 MAJ VERR + à
 Alt + 0194 MAJ VERR + ^ a
È Alt + 0200 MAJ VERR + è
É Alt + 0201 MAJ VERR + é
Ê Alt + 0202 MAJ VERR + ^ e
Î Alt + 0206 MAJ VERR + ^ i
Ç Alt + 0199 MAJ VERR + ç

Vous vous demandez peut-être pourquoi il faut accentuer les majuscules et les capitales. Je vais prendre un exemple :

Imaginez un article dans le journal au sujet d’un hôpital psychiatrique. le titre est : UN INTERNE TUE
Que signifie ce titre ?
— Un interne tue ?
— un interne tué ?
— un interné tue ?
— un interné tué ?
Vous voyez bien que l’accentuation est ici indispensable pour comprendre ce titre et c’est pour cette raison que l’Académie française indique clairement que l’accentuation doit se faire.

Abréviations des adjectifs ordinaux

Il est très très fréquent de rencontrer des erreurs sur la typographie des adjectifs ordinaux lorsqu’on les abrège. Voici donc la manière correcte de faire ces abréviations.

premier : 1er première : 1re (et non 1ère)
premiers : 1ers premières : 1res (et non 1ères)
second : 2d (et non 2nd) seconde : 2de (et non 2nde)
seconds : 2ds (et non 2nds) secondes : 2des (et non 2ndes)
deuxième : 2e
sixième, cinquième… : 6e et 5e (et non 6ème et 5ème ni même 6ième…)
sixièmes, cinquièmes… : 6es et 5es (et non 6èmes et 5èmes)

Abréviation des titres de personnes

Il y a une tolérance pour écrire les lettres en exposant de manière « normale », c’est à dire, sans les mettre en exposant.

M. => Monsieur (et non Mr qui est, en 2020, l’abréviation de Mister en anglais). En effet, « Mr » était l’abréviation de « Monsieur » au XIXe siècle et avant car c’était la contraction de « Mon » et « Sieur » qui était lui-même l’abréviation de « Seigneur ». Depuis la première partie du XXe siècle (et même au XIXe dans certaines références lexicales), la seule abréviation autorisée est « M. »
MM. => Messieurs
Mme => Madame
Mmes => Mesdames
Mlle => Mademoiselle (et pas Melle)
Mlles => Mesdemoiselles (et pas Melles)

Dr => docteur
Me => Maitre (titre de professions juridiques)
Pr => professeurs des universités ou professeurs en médecine. Ce s’applique pas pour les « profs ».

 

11 Commentaires

  1. Aurélie

    Merci pour ces rappels importants, nous devons vraiment montrer l’exemple et apprendre ces notions à nos élèves avec exactitude. En ce qui me concerne, je fais régulièrement des erreurs sur les abréviations, donc merci pour ton article.
    Pour les majuscules, j’utilise l’insertion de caractères spéciaux, les caractères accentués y sont tous et ça m’évite de chercher les raccourcis assez compliqués à mémoriser. Bonne fin de vacances !

    Répondre
    1. lbreilloux (Auteur de l'article)

      Pour les « raccourcis » clavier, c’est assez simple à apprendre. Sinon encore plus simple, être sous Linux comme moi 😉
      Bonnes vacances également.

      Répondre
  2. DERDERIAN Fabienne

    Vraiment un grand merci.
    Notions indispensables pour nous les formateurs qui devont beaucoup rédiger et accompagner la rédaction des mémoires…vraiment une pépite.

    Répondre
    1. lbreilloux (Auteur de l'article)

      Merci

      Répondre
  3. lagigue12

    Merci beaucoup pour ces rappels!

    Répondre
    1. lbreilloux (Auteur de l'article)

      Merci

      Répondre
  4. lolo

    Merci pour ces rappels bien pratiques. Il me semble dans la leçon 25 (CM2) de MHF, certaines règles de typographie ne correspondent pas à ce que tu indiques ici.
    Tous les signes de fin de phrase ont été regroupés.

    Répondre
    1. lbreilloux (Auteur de l'article)

      Pour moi, la leçon 25 de la MHF est à reprendre en grande partie.

      Répondre
  5. Mademoisellelau

    Bonjour,
    Il y a bien longtemps que je n’étais pas passée par ton blog. Je venais pour ton travail sur Léo et Léa, il y a maintenant des années de ça. Personnellement, ne connaissant pas les raccourcis que tu indiques pour les accents des lettres en capitale d’imprimerie, j’écrivais la lettre en minuscule et modifiais la casse, la recherche dans les caractères spéciaux étant vraiment trop peu pratique. J’ai appris pas mal de choses. Très intéressant, merci !

    Répondre
  6. Denis

    Merci pour cet article très clair avec sa règle mnémotechnique très simple et très utile !

    Peux-tu expliquer aussi comment s’écrivent les abréviations des unités quand elles sont précédées de chiffres ? Je vois de plus en plus souvent des « 5km » (je pensais qu’il fallait un espace entre le chiffre et l’unité), quand ce n’est pas le k de kilo qui est en majuscule (« 5Km »… beurk). Et ce que je ne sais vraiment pas, c’est comment écrire l’heure en abrégé, comme « cinq heures trente » : est-ce « 5 h 30 » ? « 5h30 » ? « 5h 30 » ? « 5 h30 ? »

    Ensuite, je vois souvent les suffixes du système métrique lié à la valeur au lieur de l’unité : par exemple certains de mes collègues écrivent que la durée de vie d’un équipement est de « 20k heure » au lieu de « 20 kh » (vingt kiloheures) sans compter l’introduction des ki, Mi, Gi, Ti, en informatique où 1 Kio vaut 1024 o (mille vingt-quatre octets).

    Enfin, si tu cherches un sujet pour un nouvel article, on pourra revenir sur la façon décrire les nombres en toutes lettres (quand faut-il un tiret, quand faut-il accorder en nombres, etc.), même si c’est d’un usage de plus en plus rare, quand on voit que même les articles de lois françaises représentent les nombres avec des chiffres.

    Merci !

    Répondre
    1. lbreilloux (Auteur de l'article)

      Pour moi, il faut une espace entre « 5 » et « km » => « 5 km »
      Pour les heures, j’écris plutôt comme cela : « 3 h 30 », mais je ne suis pas certain que « 3h30 » soit incorrect.
      Pour « 20k heures », je n’en sais trop rien avec certitude. Écrit comme cela, je dirais que c’est « vingt mille heures » et si on écrit « 20 kh », c’est plutôt « vingt kiloheures ».
      Pour l’informatique, je trouve que c’est bien se prendre la tête pour pas grand chose que d’avoir inventé les kio, les Mio et autres Gio (ko, Mo et Go parlent plus même si c’est vrai qu’étymologiquement, ce n’est pas correct). En effet « ko » signifie 10^3 octets soient 1000 octets alors qu’en informatique « ko » signifie 2^10, soit 1024 octets. C’est pour cette raison qu’il a été inventé en 1998 les kio (2^10 octets), les Mio (2^20 octets)…
      De plus pour l’informatique, il y a souvent une confusion entre kb et KB. En effet 1 bit = … 1 bit ; 1 octet = 8 bits et depuis un moment, 1 byte (abrégé par « B ») = 1 octet. On a donc 1 ko = 8 kb = 1 kB . La confusion apparait assez souvent chez les opérateurs qui expriment les débits en « kb/s », c’est à dire 1000 bits (ou 1024 selon l’unité choisie) par seconde. Si le débit est de 200 Mo/s, l’opérateur peut donc écrit « débit de 200 Mo/s » ou « débit de 200 MB/s, ou « débit de 1600 Mb/s ». Je pense que vous aurez facilement compris pourquoi un « débit de 1600 Mb/s » est plus intéressant au niveau publicitaire.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *